Les bonobos Que cache donc ce rapport que je ne pourrais voir ?

En avril dernier nous apprenions que la Commission Wallonne d’Étude et de Protection des Sites Souterrains (CWEPSS) * réalisait un rapport sur l'avant-projet régional de liaison Meuse/E411 (Contournement Sud de Namur).
Ce rapport concernait "L'impact sur le milieu souterrain qu'aurait un tel projet, tant du point de vue de la conservation et de la protection de celui-ci, que de l'incidence potentielle des sites karstiques sur la stabilité d'un tel édifice."
Nous avons donc cherché à nous procurer ce rapport. Mais en vain... jusqu'à présent.
Mais que contient donc ce rapport de si dérangeant pour le SPW et le Ministre di Antonio ?
Il nous revient que ce rapport serait accablant pour le service public et le bureau d'étude choisi par celui-ci.

 

 

 

190 000 € d'argent public jeté par la fenêtre

Le rapport de la CWEPSS exposerait les diverses raisons qui rendent le projet de la Région Wallonne peut souhaitable, voire même irréalisable vu la fragilité du sous-sol des vallées traversées.
Or les données sur l'état du sous-sol dans les vallées où devrait passer la nouvelle voirie sont disponibles sur le net. Monsieur tout le monde y a accès en moins de trois minutes. Sur le Geoportail de la Région Walonne, sur le portail SIG de la DGARNE où l’on peut consulter l’atlas du karts et dans différentes publications du SPW.

Egalement disponible l'intéressante intervention de Mme GEENINCKX SARAH - Géologue à la DGO1 sur la gestion des ouvrages d’art en milieu karstique . Cet exposé était destiné aux principaux responsables de projets du SPW . lors d'une journée d'information à la Marlagne.
Tout bureau d'étude un peu sérieux ou tout responsable public peut obtenir facilement ces informations lorsqu'il envisage un projet de cette importance. Soit par une rapide consultation des éléments disponibles sur le Net, soit en s'adressant aux services spécialisés du SPW (DGO3 notamment) qui possèdent des informations plus détaillées et du personnel compétent. Or il semblerait que cela n'a pas été le cas.

Les administrations communales (urbanisme) d’Assesse qui ont participé aux réunions d'élaboration du projet avec les représentants de la Région n'ont pas jugé bon de soulever le problème que pourrait poser le sous-sol.
Peut être l’ont-ils fait mais ils n’ont pas été écoutés.
Méconnaissance du terrain de leur propre commune ou pressions politiques pour qu'ils se taisent ?

La CWEPSS avait déjà produit dans le passé des études très fouillées sur l'état du sous sol dans les vallées du Trou d'Haquin et de Mont (2003, 2005 et 2007).
Le rapport remis au SPW en juin dernier est basé en grosse partie sur ces études vieilles de plus de 10 ans.
Ces documents sont également disponibles sur le net. Il suffit de vouloir chercher.

Or nous apprenons que personne, avant de lancer l'étude, ne s'est inquiété de l'état du sous-sol où passerait la nouvelle voirie.
Personne ne s'est renseigné des raisons qui avaient fait abandonner, dans les années 70, le projet de Contournement Sud de Namur passant par le Trou d’Haquin.
Car le projet actuel n'est qu'une pâle copie de celui élaboré dans les années 70.
Le SPW ne pouvait l'ignorer. Il possédait cette information.

Comment expliquer alors cette dépense de 190 000€ qu'a coûté l'étude du bureau Luxembourgeois choisi par le SPW ?

Amateurisme et pressions politiques à tous les niveaux

FB IMG 1528132013813Il y a peut-être cette hypothèse. Le politique a mis depuis le début une pression très forte sur l'administration pour que ce projet aboutisse coûte que coûte.
Un seul tracé a été étudié : Celui qui correspondait au souhait du "Ministre et Bourgmestre empêché de Namur".
Ce fameux tracé passant par le Trou d’Haquin et Maillen qui a été défini le 30 septembre 2015 sur une carte Michelin dans le bureau de Maxime Prévot en présence des bourgmestres des communes concernées.

L'administration ne pouvant pas aller contre une volonté ministérielle, aurait laissé le projet s'engager dans une voie sans issue...

On ne peut que s’étonner d’une telle légèreté dans l’utilisation des deniers publics.
Un projet mené à l'aveuglette, sans réel besoin, sans réelle demande, sans réflexion sur l'impact sur le cadre de vie des habitants des communes concernées et dans un obscurantisme effrayant. Le tout emballé dans un artifice de communication appelé "les routes de l'emploi" et " Accès à l'hôpital".

Mais cette histoire en dit long également sur un type de gouvernance d’une classe politique qui décide seule et d'autorité et qui s'entête en dépit du bon sens à imposer ses projets personnels sans se renseigner. Et qui de plus, ne juge pas nécessaire d'informer, ni d'écouter les citoyens concernés.
Pouvons nous espérer qu'après le 14 Octobre ils seront "Plus à l'écoute du citoyen" comme semblent l'annoncer leurs programmes ?

 

  •  * CWEPSS : La Commission Wallonne d’Étude et de Protection des Sites Souterrains (CWEPSS) est une ASBL dont le but est de protéger l’environnement karstique et souterrain.
    Cette ASBL a acquis au cours des années une réelle expertise de l’environnement karstique et du monde souterrain. Elle publie de nombreuses monographies sur le sujet.

    Site internet de la CWEPSS

 Résumé des épisodes précédents

 
 
Pin It