Le BEP prend en charge une étude de mobilité dans le triangle « Meuse – E411/N4 – N97 ». Objectif : résoudre la problématique du charroi lourd dans les communes de Assesse, Dinant, Profondeville et Yvoir.

 

Augmentation du trafic

Le triangle formé par la Meuse, la E411/N4 et la N97 génère beaucoup de trafic lourd au vu de l’activité économique des lieux (carrières, CHU de Mont-Godinne, entreprises dans les parcs d’activités économiques). En outre, il s’agit d’un espace de la Province de Namur qui connait depuis quelques années une croissance significative de l’habitat.

A cause du relief, des caractéristiques intrinsèques des voiries et de l’accroissement du trafic, les liaisons routières est-ouest posent des problèmes :

  • de sécurité ;
  • de fluidité du trafic ;
  • de dégradation de l’infrastructure ;
  • de qualité du cadre de vie dans les villages traversés.

Examiner la problématique du charroi lourd

Les communes d’Assesse, Dinant, Profondeville et Yvoir. sont concernées par cette problématique. A leur demande et en collaboration avec la DGO1 et la DGO2, le Département Développement Territorial du BEP a proposé d’examiner la problématique de la mobilité du charroi lourd dans cet espace Meuse-E411-N97.

Après la récolte d’informations pour établir un prédiagnostic, le BEP, soumis aux règles des marchés publics, a élaboré un cahier des charges permettant la désignation d’un bureau d’étude spécialisé en mobilité.

Des propositions au printemps 2018

Le bureau Transitec est chargé de réaliser cette étude cofinancée par le cabinet du Ministre de la Mobilité, Carlo Di Antonio, les communes et le BEP.

Les résultats de cette étude, qui déboucheront sur des propositions d’actions pour favoriser la sécurité des traversées de village, seront présentées au printemps 2018.

(Extrait d'une page web du Bureau Economique de la Province)

 

 
 
 
 
 
Pin It