occupons le terrainDe plus en plus d'espaces qui faisaient la qualité de vie de nos villes et villages sont accaparés par des projets couteux et pas toujours nécessaires.

De plus en plus de groupes de citoyens se trouvent confrontés à des projets ayant un impact direct sur leur environnement immédiat.
La préservation de notre patrimoine commun devient pour eux une préoccupation majeure.

L'incohérence des politiques qui soutiennent ces projets est particulièrement visible dans l'aménagement du territoire et le soutien à la production agricole.
L'espace naturel, forets, espaces verts, terres agricoles se réduit petit à petit.

Partout des citoyens se mobilisent contre ces « Grands Travaux Inadaptés-Inutiles-Irresponsables-Impayables… » ou contre des cessions de territoires (forêts, terres agricoles, espaces verts,…) pour des projets contraires à l’intérêt collectif.

 

 

pet002

 

La Région wallonne veut créer de toutes pièces et à très grands frais, EN PUISANT LARGEMENT DANS LA POCHE DE TOUS LES WALLONS, une nouvelle route régionale, la N931, qui relierait la Meuse à la N4 et à l’E411 en traversant les villages de Maillen et Petit-Courrière.

Et cela sans la moindre étude préalable qui justifierait une quelconque utilité, en sacrifiant des terres agricoles et une des plus importantes grottes de Belgique. (Le Trou d'Haquin)

 

 

 

 

 

Affiche entourLOUPe 1

Entourloupe au Parlement

 

Dans le cadre du travail parlementaire et du contrôle du gouvernement,
il est possible aux parlementaires de poser des questions précises à tel ou tel Ministre.
C'est ce qui a été fait durant le mois de juin par des parlementaires de la majorité et de l'opposition
au sujet du projet régional de liaison Meuse/E411.

Le ministre di Antonio avec la complicité d'une parlementaire de son parti (Cdh) a courcircuité ce controle parlementaire.

 

 

 

 

 

 

 

embleme

QUESTION ORALE DE MME MOINNET À M. DI ANTONIO, MINISTRE DE L’ENVIRONNEMENT, DE LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE, DE L’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, DES TRAVAUX PUBLICS, DE LA MOBILITÉ, DES TRANSPORTS, DU BIEN-ÊTRE ANIMAL ET DES ZONINGS, SUR « LA LIAISON ENTRE LA E411 ET LE CHU MONT-GODINNE »

 

 

embleme

Session : 2017-201
Année : 2018
N° : 1297 (2017-2018) 1

Question écrite du 06/06/2018
de WARZEE-CAVERENNE Valérie
à DI ANTONIO Carlo, Ministre de l'Environnement, de la Transition écologique, de l'Aménagement du Territoire, des Travaux publics, de la Mobilité, des Transports, du Bien-être animal et des Zonings

embleme

  • Session : 2017-2018
  • Année : 2018
  • N° : 1378 (2017-2018) 1
  • Question écrite du 14/06/2018  - L'aménagement de la liaison routière entre Courrière et Godinne
    • de HAZEE Stéphane
    • à DI ANTONIO Carlo, Ministre de l'Environnement, de la Transition écologique, de l'Aménagement du Territoire, des Travaux publics, de la Mobilité, des Transports, du Bien-être animal et des Zonings

Yes yc2Un pouvoir public ne peut exproprier un bien relevant du domaine public d’un autre pouvoir public
(Voy. B. PAQUES, « L’expropriation pour cause d’utilité publique », Larcier, 2001, pg. 98, n° 80).

Lorsque nos élus nous claironnent à qui veut l'entendre "On ne peut rien y faire, c'est un projet régional" "C'est la région qui a la main, on n'a plus rien à dire, plus aucun moyen de les faire changer d'avis"

C'est FAUX.

En effet, un pouvoir public régional ne peut exproprier un bien (une route) relevant d'un autre pouvoir public (commune).
Ce qui veut dire qu'il faudra l'accord de la commune d'Assesse pour céder l'assiette de la route qui lui appartient. (Rue de Lustin, Rue Fond Delvaux et la route menant aux ULM, ainsi que toutes les routes et sentiers que cette route régionale traverserait).
En effet ces voiries sont toujours actuellement communales.

Sans cet accord, la Région ne peut commencer ses travaux.
Nos représentants communaux ne sont donc pas dépourvus de moyens face au rouleau compresseur régional et à son projet destructeur.
Ce n'est qu'une question de volonté...