transparencePeu avant les vacances, nous apprenions que loin d'avoir enterré le projet, le SPW planchait sur un nouveau tracé de liaison Meuse/E411. 
La presse en avait fait écho et l'avait surnommé le "onzième tracé". Interpellé à ce sujet au Parlement, le Ministre di Antonio, comme à son habitude, n'apporta pas plus de précisions que ce que l'on savait déjà.
Il refusa même de transmettre, à la demande insistante d'un parlementaire, un rapport établi par la CWEPSS* un organisme spécialisé dans l'étude des sols karstiques.
Ce manque de transparence nous a amené à introduire un recours et nous sommes en mesure aujourd'hui de dévoiler ce rapport que certains désiraient garder secret et par la même occasion ce "onzième tracé".

 

 

 

 

Au début juin, la CWEPSS remettait au SPW un rapport intitulé "Assesse - Profondeville - Yvoir. Réflexions à propos de la construction d'une route au Fond d'Hestroy (CHU de Mont-Godinne)"

Ce rapport émettait de fortes réserves sur le projet du SPW de passer par la vallée du Trou d'Haquin pour rejoindre l' E411 en passant par le centre de Maillen.

Dans la foulée la CWEPSS émettait une suggestion de tracé dans une zone plus favorable au niveau karstique. Le fameux "onzième tracé".

Rappelons que le SPW a déjà dépensé 190 000 €  en étude rien que pour l'avant-projet passant par le Trou d'Haquin. Alors que depuis les années 70, l'on savait que l'état du sous sol rendait le projet problématique. En 1973, un projet similaire passant exactement au même endroit, avait été abandonné pour les mêmes raisons. 

Devant le refus du Ministre di Antonio et du SPW de nous communiquer ce rapport, nous avons introduit un recours auprès de la commission de recours pour le droit d'accès à l'information en matière d'environnement.

Dans un premier temps, le SPW a proposé de nous fournir le rapport expurgé de tout ce qui avait trait à un tracé de route quelconque. Mais la commission ne l'a pas suivi.

Dans sa décision du 13 Novembre dernier, la commission déclare notre recours recevable et fondé et oblige le SPW à nous fournir dans les 8 jours une copie de la totalité du document.

 

Quel est donc ce "onzième tracé" ?

Dans son rapport la CWEPSS déconseille fortement le passage par les fonds de vallées (Fond d'Hestroy et vallée sèche de Mont). Le sous-sol  instable est peu propice à la contruction d'une route du gabarit envisagé par le SPW.

L'alternative proposée grimpe sur la colline en face de la sortie de l'hopital puis emprunte un chemin communal (sentier n°2 - Hêtre creux et calvaire, pour ceux qui connaissent) surplombant le village de Mont pour aller ensuite retrouver le tracé n°4 initialement prévu et rejoindre Maillen par la rue de Lustin.

Il y a de grandes chances que cette alternative soit retenue en tout ou en partie par les ingénieurs du SPW.

Onzime trac

 

Onzieme trace 2106 redimensionner

Sentier communal n°2

 

 

 

 


 En savoir plus:

Droit d'accès à l'information relatif à l'environnement :

* CWEPSS

  • La Commission Wallonne d’Étude et de Protection des Sites Souterrains (CWEPSS) est une ASBL dont le but est de protéger l’environnement karstique et souterrain.
    Cette ASBL a acquis au cours des années une réelle expertise de l’environnement karstique et du monde souterrain. Elle publie de nombreuses monographies sur le sujet.

    Site internet de la CWEPSS

 

 

positions2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons posé 3 questions aux différents partis se présentant aux élections de ce 14 Octobre pour la commune d'Assesse.

 

 

En commission, Stéphane Hazée est revenu sur le projet du Gouvernement wallon MR-CDH de créer une nouvelle liaison routière entre Courrière et Mont-Godinne. Comme à son habitude, le Ministre ne répond pas à la plupart des questions.

Ce projet soulève, depuis de nombreux mois, beaucoup d’interrogations du côté des riverains et des autorités communales concernées. On se souvient notamment des positions prises par les communes d’Assesse et de Profondeville autant que des fortes inquiétudes concernant, notamment, un passage proche du Trou d’Haquin et d’une zone Natura 2000, et plus globalement l’impact sur les paysages ou sur la traversée de certains villages.

 

 

 

Les bonobos Que cache donc ce rapport que je ne pourrais voir ?

En avril dernier nous apprenions que la Commission Wallonne d’Étude et de Protection des Sites Souterrains (CWEPSS) * réalisait un rapport sur l'avant-projet régional de liaison Meuse/E411 (Contournement Sud de Namur).
Ce rapport concernait "L'impact sur le milieu souterrain qu'aurait un tel projet, tant du point de vue de la conservation et de la protection de celui-ci, que de l'incidence potentielle des sites karstiques sur la stabilité d'un tel édifice."
Nous avons donc cherché à nous procurer ce rapport. Mais en vain... jusqu'à présent.
Mais que contient donc ce rapport de si dérangeant pour le SPW et le Ministre di Antonio ?
Il nous revient que ce rapport serait accablant pour le service public et le bureau d'étude choisi par celui-ci.

 

 

 

Dernières infos

emblemeLa liaison routière entre Courrière et Godinne

Session : 2017-2018

  • Année : 2018
  • N° : 1577 (2017-2018) 1
  • Question écrite du 03/08/2018
    • de HAZEE Stéphane
    • à DI ANTONIO Carlo, Ministre de l'Environnement, de la Transition écologique, de l'Aménagement du Territoire, des Travaux publics, de la Mobilité, des Transports, du Bien-être animal et des Zonings
     

 

Le Ministre Carlo di Antonio dans une interview récente affirmait que le projet de la liaison Meuse/E411 avait été mis en standby jusqu'aux prochaines élections communales.
Il rappelait que cela se déciderait avec les nouvelles majorités mises en place.

De son côté l'Administration, sous la pression du Ministère, continue à instruire le dossier pour que, dès l'adoption du projet par les nouveaux conseils communaux, la demande de permis d'Urbanisme puisse être introduite.
Afin que le Ministre di Antonio et celui qui était , rappelons le,  à l'initiative du projet, le Bourgmestre de Namur puissent couper un ruban avant les élections régionales de 2019.

La direction des routes de Namur a donc demandé un avis à la CWEPPS (Commission Wallonne d'étude et de Protection des sites sous-terrain). Le rapport a été finalisé et remis au SPW à la mi-juin.

Nous avons demandé officiellement  ce 13 Aout 2018  que la DGO1 nous communique ce rapport.

Suivez notre demande sur Transparencia.be

Transparencia