STEN 004w

Nous n'avons pas choisi de vivre dans un zoning, ni à proximité d'une usine à Tarmac.
Nous n'avons pas choisi, contrairement à vous, de vivre dans des odeurs de goudron.
Ce n'était pas notre plan de vie

Nous étions là avant vous M. Nonet et consors.  
Nous n'avons pas l'intention "de faire le deuil de notre foret".
Nous n'avons pas l'intention non plus de faire le deuil de notre cadre de vie.
Nous n'avons pas l'intention d'accueillir votre usine qui ne nous apportera que des désagréments. 

D'autres entreprises ont également choisi notre commune bien avant vous pour son cadre rural.
Agriculteurs, maraîchers, pépiniéristes sur les champs desquels vous n'hésiterez pas à envoyer poussières et particules cancérigènes.
Restaurateurs, infrastructures pour évènements, gîtes, centre de formation et tout ce qui touche le tourisme dans notre région étaient également installés avant vous. 
Mais les désagréments que vous leur apporterez ont l'air d'être le cadet de vos soucis.
"Bougez vous! J'arrive" c'est le message que vous nous envoyez constamment.

Vous essayez de nous faire croire que votre usine cachée par une abondante végétation ne sera visible de nulle part.
Vous essayez de nous dire que le passage incessant de vos camions de 30T n'augmentera pas la circulation dans nos villages et sur N4
Vous essayez de nous faire avaler que rien ne s’échappera de la cheminée de votre usine sur nos écoles, nos crèches, nos jardins et nos champs.
Vous essayez de vous persuader que nous nous habituerons à l'odeur du goudron 
Sûr de vos appuis au sein de l'administration et du monde politique, vous continuez, avec une certaine arrogance, à vouloir nous imposer votre projet,

Désolé mais nous ne sommes pas preneurs.
Et si votre usine est aussi propre et aussi discrète que vous essayez de nous le faire croire.
Installez la au fond de votre jardin.
Cela vous facilitera le télé-travail.
Et nous... ça nous fera des vacances. 

 Impacts


MagieLe dossier d'Usine à Tarmac présenté par Sotraplant à Sart Bernard minimise volontairement la capacité de production de l'usine.
Par cette astuce, l'entreprise parvient à diminuer d'une façon significative les nuisances que son projet apportera.
Prenons comme exemple le trafic de camions engendré par l'activité de l'usine.

 

 

 

 

 
 

Comment le trafic de la centrale d'enrobés a t'il été calculé dans ce dossier ?

Toutes les nuisances qu'apporteront ce projet sont calculées sur la base d'une production de 185 000 t/an et une production de 300 t/heure.
Le nombre d'heures pour atteindre l'objectif est donc de 616 h

Le calcul du trafic est fait sur base de camions 30t (25t de charge utile)

En horaire normal, la durée journalière maximum de production est de 12h.

Il faut donc 300t x 12h / 25t = 144 camions 30t (davantage si ce sont de plus petits camions) pour évacuer la production.

Il faut théoriquement le même nombre pour amener les matières premières.
Théoriquement, car il faut ajouter le combustible et soustraire des camions (25 % d'après eux) qui peuvent revenir chargés (avec du fraisât, l'ancien tarmac arraché des chaussées).

Sans déduire les camions chargés au retour (mutualisation), le nombre de tournées est donc de 144 OUT et d'environ 144 IN = 288 camions par jour de 12 heures; 24 camions / heure en moyenne.

Cela en horaire normal avec une production maximum (300 t/h x 12 h = 3.600 t sur la journée).

MAIS

Sotraplant demande, en plus des horaires normaux de journée, des dérogations pour 50 nuits de 12 heures + 12 week-ends de 48h, soit 1.176 heures.
Presque 2 fois les 616 h nécessaires pour atteindre l'objectif de 185 000T en horaire normal.

S'ils utilisent toutes les dérogations bout à bout, cela représente 70 jours consécutifs 24h/24 et une production pour cette période de 504 000 T

Exemple très plausible : Un bon gros chantier d'été de réfection autoroutière du 9 juillet au 18 septembre.
70 jours avec 576 camions par jour dont une bonne partie pourra transiter par la bretelle sous la N4 et la rue Saint-Denys (Sart Bernard) et sur les routes des villages avoisinants.

Car, ce dont le dossier évite bien de parler, ce sont les chantiers que SOTRAPLANT obtiendra vers Andenne ou vers  la vallée de la Meuse et au-delà.
Ce qui impliquera immanquablement la traversée des villages de Courrière, Faulx les Tombes, Maillen et Lustin de jour comme de nuit.

On est bien loin des 185.000 t par an sur lesquels sont basés le calcul de toutes les nuisances de ce projet.
Comme nous venons de le démontrer pour le trafic, en minimisant la capacité de son usine à tarmac SOTRAPLANT minimise par la même occasion toutes les autres nuisances qui sont liées à la production.
Car tous les rejets poussières, CO2, HAP et autres joyeusetés qui s'échapperont de l'usine sont calculés sur la base de 185 000T/an.

On ne peut qu'être admiratif devant un tel tour de passe-passe. Encore un peu on n'aurait rien vu. Bravo l'artiste.



S'il faut en croire la dernière interview de son porte parole sur Canal C, l'usine que SOTRAPLANT veut installer à Sart Bernard disparaitra complètement derrière la végétation.

FAUX

L'usine et les installations seront bien visibles de Sart Bernard, Naninne et Wierde...et même de la Citadelle de Namur.

 

 

Version SOTRAPLANT - Mars 2020

plan projet NONET 01

 

En vert foncé (représentant les parties non couvertes de plantations) le talus assez raide dans l'angle formé entre la N4 et et la ligne de chemin de fer.
 

Version SOTRAPLANT - Mars 2021


Vue 003

Nous avons déjà soulevé que les talus très raides situés sur la pointe entre le chemin de fer et la N4 ne pouvaient être recouverts de plantations.
Le promoteur y prévoit la plantation de graminées.

Ce détail est important, il a évidemment été gommé volontairement sur le photomontage apparu il y a peu dans la presse.
Dans ce photomontage l'usine est entourée d'un épais cordon d'arbres trentenaires. (image prise en été)
La vue en plongée n'est pas innocente non plus. Personne ne découvrira l'usine à cette hauteur sauf peut être un pilote de F16.

Vue 001

Etat actuel de la zone qui sera complètement découverte. (photo prise en Avril 2021)

 

image006

Le même point de vue que la photo précédente dessiné selon les plans fournis dans le dossier soumis à enquête publique.

La dalle se situe à l'altitude 250m (au dessus de la ligne de chemin de fer). L'usine fait 26 m et la cheminée 30m.
Le côté Nord et OUEST est dépourvu de plantations. Le talus assez raide (+ de 14m au point le plus bas) ne permettant d'y planter que des graminées.

Les habitants de Sart Bernard, Naninne et Wierde auront une vue bien dégagée sur les activités de l'usine d'enrobé.
L'usine constituera un point d'appel depuis les points de vues répertoriés NAM-466,NAM-464 et NAM-448 et des 2 points de vue remarquables NAM-465 et NAM-452.
L'usine sera également visible depuis la citadelle de Namur.

 NAM 465

Vue depuis le point de vue remarquable NAM-465

F2D3tmp

Question subsidiaire:

Combien d'années faudra t'il aux espèces semées sur ces talus (70% graminées, 30% de fleurs) pour cacher à la vue les installations de l'usine ?
Je vous suggère de poser la question à M. A.Nonet, grand spécialiste du camouflage, qui dans sa dernière interview sur Canal C prétend que "l'usine ne dépassera pas de la végétation autours du site"



 


 

On se souvient qu'au début Mars l'entreprise Nonet/Sotraplant s'était fendue d'une vidéo de propagande vantant les mérites de son nouveau projet "adapté".
Elle faisait disparaître miraculeusement l'usine de tarmac. Elle devenait tout bonnement invisible car cachée de tous côtés par la végétation. Et elle le prouvait par l'image.
Mais il faut parfois se méfier des images. La réalité peut se révéler toute autre...

 Projet adapt

La pointe formée par l'angle de la N4 et de la ligne de chemin de fer est completement végétalisée dans la vidéo de Nonet/Sotraplant et ne correspond pas au plan soumis à enquête.


L'usine ne sera pas cachée par la végétation du côté du village de Sart Bernard.


Si l'on regarde les plans du dossier soumis actuellement à l'enquête publique, l'on s'aperçoit que tout le côté Ouest de la centrale orienté vers le village de Sart Bernard ne sera pas "protégé par un rideau d'arbres de 20m d'épaisseur" mais plutôt par des graminées et quelques fleurs... pour faire joli.
Cette zone 5 caractérisée par un talus de plus de 10m, culminant à 250 m sera donc complètement découverte.
Offrant aux habitants de Sart Bernard une vue imprenable sur les activités de la Centrale de tarmac.

Zone 5 bvf

 

ZONE 5 : Talus orienté Ouest installé sur un substrat pauvre à tendance acide et comprenant une charge schisteuse importante (20 % du volume en surface) végétalisé avec un mélange de plantes herbacées assurant la stabilité et l’intérêt écologique. (Dossier SOTRAPLANT)

image006


 

Dossier SOTRAPLANT
Comment réagir à l'enquête publique ?

  1. Écrire votre propre lettre de réclamation
    Vous n'oublierez pas d'y indiquer votre nom et adresse et de la signer.

  2. L’envoyer au Collège des Bourgmestres et Échevins.

  3. Vous pouvez également réagir oralement en vous rendant au service urbanisme de la commune. En raison de la crise du COVID-19 le service est accessible uniquement sur rendez-vous préalable. (083 63 68 57 - eCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)

Que faut-il consulter?

Avant de rédiger votre lettre de réclamation, il est vivement suggéré de se rendre à l’administration communale afin de consulter le dossier du projet soumis à l'enquête.
En raison de la crise COVID la consultation du dossier ne se fait que sur rendez vous. (083 63 68 57 - eCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)

Il est possible également de consulter le dossier sur le site web de la commune d’Assesse à l’adresse suivante: Permis Unique visant à construire et exploiter une centrale d’enrobage sur le territoire communal d'Assesse, Situation : Chaussée des Ardennes à 5330 Assesse — Assesse

Parmi les points essentiels, il convient d’être attentif

Les arguments

Les arguments développés par nos comités (COVISART asbl et N931) sont en cours de rédaction.
Dans peu de temps, nous serons en mesure de vous présenter une lettre type reprenant une série d’arguments qu’il vous suffira de compléter.
Ce document sera disponible également sur nos sites Web :
www.N931.be et www.covisart.be

Merci pour votre patience !

Mais sachez déjà ceci votre lettre de réclamation doit contenir des observations et des remarques étayées et objectives et, dans la mesure du possible, corroborées par des documents probants.
Au niveau du contenu même du texte, il est toujours adéquat que la lettre de réclamation contienne notamment des informations sur :

- l’intégration du projet par rapport au cadre bâti et non bâti;
- les raisons objectives pour lesquelles le projet ne convient pas en étayant ces affirmations par la production de documents probants
ou la référence (ex P36 de l’étude d'Incidence)
-
les problèmes de procédure s’il y en a (respect des exigences légales);
- l’impact que le projet pourrait avoir sur votre 
commune et les communes environantes.

Bien que cela soit légitime, et sans porter le moindre jugement de valeur, il arrive fréquemment que des lettres de réclamation contiennent exclusivement des considérations subjectives lesquelles présentent un aspect trop « sentimental ».
A titre d’exemple, il est plus efficace de dire « la construction de cette entreprise au sein de la zone d’habitat méconnaît le prescrit de l’article 26 du CWATUP définissant la zone d’habitat et les activités qui y sont autorisées » plutôt que de dire « j’ai décidé de vivre dans ce village rural pour écouter les oiseaux chanter et si l’entreprise devait être autorisée, je ne les entendrai plus ». Les considérations d’ordre plus affectif doivent être réduites à leur plus simple expression.

Le dépôt d’une lettre de réclamation la plus objective et la plus étayée possible aura pour conséquence de forcer la réflexion de l’autorité appelée à délivrer le permis.

Le contenu de la lettre de réclamation demeure très important dès lors que si l’autorité appelée à délivrer le permis décidait de ne pas tenir compte des réclamations formulées, elle aura l’obligation d’énoncer les raisons pour lesquelles elle n’a pas tenu compte des arguments soulevés par les réclamants. Si l’autorité s’abstenait de toute motivation à ce sujet, les réclamants disposeront de la possibilité d’introduire un recours, dans des délais de rigueur, devant le Conseil d’Etat.


 


 

Tract recto 1